presse Indispensable au journaliste dans l’exercice de son métier, la source désigne une personne ou un organisme à l’origine d’une information. Institutionnelles ou privées, officielles ou secrètes, directes ou secondaires, les sources sont extrêmement variées. C’est pourquoi les journalistes doivent les utiliser avec précautions et méthode. Vérification et recoupement sont ainsi indispensables pour que la source devienne une information fiable grâce au traitement journalistique.

A l’origine de l’information

circuit de l'info

Les agences de presse

Bien qu’elles ne soient pas des sources à proprement parler, les agences de presse sont souvent à l’origine de l’information. Elles assurent la collecte d’informations (texte, photos et vidéo) redistribuées aux médias après abonnement.

Trois d'entre elles sont mondiales et généralistes

Associated Press
; Reuters
AFP (Agence France-Presse)

 

D’autres sont nationales, de structure coopérative ou étatique.

L’AFP

Un jour à l'AFP c'est : (https://www.afp.com/fr/lagence/lafp-en-chiffres)

A noter

« L’article 3 de la charte des bonnes pratiques et conduites éditoriale, de l’AFP précise que “Les journalistes de l'AFP protègent la confidentialité des sources et ne les mettent jamais délibérément en danger. »

pdf https://goo.gl/zfvT1H

Conscient de l’importance vitale de la fiabilité des sources, l’AFP a publié un guide de 20 principes concernant les sources :

1) Donner la source dans le premier paragraphe

2) Identifier la source

3) Les sources anonymes

4) Savoir douter de ses sources

5) L’attribution

6) Les sources indirectes

7) Les analystes

8) Les citations

9) Le desk face à la question des sources

10) Les contenus tiers

11) Le domaine public

12) Les rumeurs et le « bruit » sur les réseaux sociaux

13) La protection des sources

14) Conserver ses notes et ses enregistrements

15) Les relations avec les sources

16) Les relations sur les réseaux sociaux

17) Les annonces de décès

18) Les relations avec les forces de l’ordre

19) La couverture des conflits

20) La couverture de l’actualité économique et financière

pdf https://goo.gl/knGYwT

Les agences communiquent les informations textes sous forme de dépêches aux règles d’écriture stricte. Rapidité de transmission, précision des termes, structuration du texte sont les maitres mots. C’est cette “information brute” qui, récupérée par le journaliste sera complétée, traitée et mise en forme selon la ligne éditoriale du média pour lequel il travaille.

pdf https://goo.gl/jHSjx0

Les informations transmises aux rédactions ou journalistes

Rédactions et journalistes reçoivent aussi des informations via un ensemble de documents adressés par des organismes ou sociétés :

Dossier de presse

D’une dizaine de pages il vise à présenter une entreprise, un produit ou un événement. Rédigé dans un style journalistique, il contient des informations précises, le plus souvent chiffrées et mentionne une personne contact qui pourra éventuellement fournir des précisions au journaliste.

Le communiqué de presse

D’une à deux pages, il sert à annoncer une actualité et a une fonction d’alerte pour le journaliste.

Dossiers et communiqués ne sont ni des articles ni des brochures commerciales mais des documents transmis aux journalistes pour leur communiquer des informations précises leur permettant de prendre connaissance d’un sujet rapidement.

Informations de monsieur tout le monde

Toute cette information entrante, permet de fixer un agenda de l’actualité à couvrir… ou pas en fonction des choix qui seront opérés en conférence de rédaction.

Les réseaux sociaux

De plus en plus utilisés par les journalistes à la fois comme source mais aussi comme moyen de diffusion d’information. Souvent accusés de viralité, les réseaux sociaux sont pour les journalistes plus une source de tendance et un outil de veille.

Selon une enquête récente, « Journalistes et réseaux sociaux 2016 » (réalisée par la société Cision éditrice de logiciels de relations presse en collaboration avec l’Université anglaise Canterbury Christ Church), 90% des journalistes utilisent les réseaux sociaux.

source ?

En novembre 2016, Laurence Haïm devait animer en direct sur la chaîne iTELE une nuit américaine pour couvrir les élections présidentielles, mais sa direction annule l’émission. La journaliste utilise alors son réseau social, qui compte 152 000 abonnés, et va jusqu’à mettre en ligne un duplex depuis son téléphone portable pour couvrir l’événement.

Haim

La recherche documentaire

presse Souvent le journaliste est amené à faire des recherches pour enrichir sa connaissance du sujet qu’il a à traiter. Là encore le maître mot est la fiabilité. Rapports, études, documents produits par les organismes, archives de la rédaction, presse, centres de documentation spécialisés et bien sûr internet sont alors consultés.

Les informateurs

presse Tout journaliste possède un carnet d’adresses qu’il enrichit au fur et à mesure de sa pratique. Basées sur la confiance, ces relations doivent aussi obéir à un ensemble de règles de prudence : ne pas agir masqué, toujours obtenir les documents de manière licite, rester lucide, ne pas se laisser manipuler…

Les lanceurs d’alertes

Le lanceur d’alerte est défini par le Conseil de l’Europe, comme « toute personne […] qui révèle des informations concernant des menaces ou un préjudice pour l’intérêt général dans le contexte de sa relation de travail, dans le secteur public ou privé ».

Pour Transparency International France, le lanceur d’alerte est « tout employé qui signale un fait illégal, illicite ou dangereux pour autrui, touchant à l’intérêt général, aux instances ou aux personnes ayant le pouvoir d’y mettre fin ».

Voir le guide pratique à l’usage du lanceur d’alerte français.

En France, la loi est en cours d’évolution pour étendre le droit d’alerte, initialement limité à la santé publique et à l’environnement.

En novembre 2016, la loi pour la transparence, la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique, dit « projet de loi Sapin 2 », après des mois de débat, est l’occasion d’une définition française d’un statut de lanceur d’alerte qui « révèle ou témoigne de manière désintéressée et de bonne foi » des informations constituant « une menace ou un préjudice pour l’intérêt général ».

Sources et déontologie

Protection des sources et vérification des faits sont deux grands principes de la déontologie des journalistes définie par plusieurs textes de référence.

La charte de Munich

Appelée aussi “Déclaration des devoirs et des droits des journalistes”, cette charte comprend 15 articles précis et concis en faisant un véritable texte de référence européen. Les sources apparaissent dans les deux sections du texte :

comme devoirs : “7) garder le secret professionnel et ne pas divulguer la source des informations obtenues confidentiellement” ; c’est ce qu’on appelle le “secret professionnel”
comme droits : “1) Les journalistes revendiquent le libre accès à toutes les sources d’information et le droit d’enquêter librement sur tous les faits qui conditionnent la vie publique. Le secret des affaires publiques ou privées ne peut en ce cas être opposé au journaliste que par exception en vertu de motifs clairement exprimés.”

La convention collective reprend partiellement la charte de Munich sans y intégrer les éléments sur la protection des sources d'information. Certaines chartes internes de sociétés de presse reprennent aussi la charte de Munich (ex La charte d’éthique et de déontologie du groupe Le Monde : http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2010/11/03/la-charte-d-ethique-et-de-deontologie-du-groupe-le-monde_1434737_3236.html), d’autres non mais intègrent des ajouts précis sur les sources ( La charte éthique de «Libération» ).

La charte d’éthique professionnelle des journalistes

Rédigée par le syndicat national des journalistes français, cette charte reprend la notion de sources en précisant qu’un “journaliste digne de ce nom… proscrit tout moyen déloyal et vénal pour obtenir une information. Dans le cas où sa sécurité, celle de ses sources ou la gravité des faits l’obligent à taire sa qualité de journaliste, il prévient sa hiérarchie et en donne dès que possible explication au public (...) et “Garde le secret professionnel et protège les sources de ses informations” ;

 

La difficile protection des sources

En France le débat est encore en cours.

2010 : loi Dati le régime du secret des sources peut être actuellement contourné dès lors qu'un «impératif prépondérant d’intérêt public» le justifie. Octobre 2016 : proposition de loi visant à renforcer la liberté, l’indépendance et le pluralisme des médias. Novembre 2016 : le conseil constitutionnel censure l’article 4 de la loi sur la liberté, l’indépendance et le pluralisme des médias

Le fact checking

La multiplicité des sources et la rapidité de diffusion de l’information engendre de nouvelles techniques journalistiques

En matière de sources, il s’agit de la vérification par les faits ou fact checking. Cette technique vise à reprendre le discours politique ou médiatique en le passant au crible des faits grâce à l’interrogation de base de données, notamment facilitée par l’open-data, mais aussi de témoignages. Elle s’appuie aussi sur les réseaux sociaux et les démarches collaboratives et citoyennes.

Lancée en France à la fin des année 90 par la création du site internet Acrimed, et l'émission de télévision Arrêts sur image et aujourd’hui, elle est aujourd’hui enseignée dans les écoles de journalisme.

 

A voir

Plusieurs journaux proposent désormais leur rubrique :

Decodex

decodexLe Monde a décidé de s’engager dans l’éducation à l’information. C'est pourquoi « Les décodeurs » proposent Decodex, pour donner aux élèves les clés pour une lecture critique et distanciée de ce qu’ils lisent ou consultent tous les jours à la télévision ou sur leur smartphone via Facebook, Twitter, Snapchat et autres réseaux sociaux.

 

Mais decodex c'est aussi :

 

pdf Télécharger le guide : Qu’est-ce qu’une information ? Qu’est-ce qu’une source ? Vérifier une rumeur. Vérifier une rumeur, une image, une vidéo; Comment reconnaître une théorie complotiste ? Comment lire un sondage ? Exercices.

 

La controverse

"Nul ne contestera que les enjeux de l’évaluation de l’information sont de plus en plus importants et que l’outil peut avoir un réel intérêt pédagogique en contribuant à développer chez les internautes une  attitude critique et une culture de l’information.

Pour autant, il semble essentiel de ne pas s’en tenir au seul jugement des Décodeurs (juge et partie parmi les sites de presse) et de développer une réflexion sur le principe même d’une labellisation des sites. L’éducation à l’information ne peut pas être accaparée par un seul journal, aussi légitime soit-il, alors que de nombreux acteurs (bibliothécaires, journalistes, professeurs documentalistes, enseignants, modérateurs, etc.) détiennent des compétences en la matière et pourraient mettre en commun cette culture informationnelle. À l’instar du Monde, on peut aisément imaginer que d’autres proposeront leur propre système d’évaluation – servant leurs propres intérêts –, qu’il s’agisse de plates-formes privées comme Facebook, des conspirationnistes eux-mêmes ou de l’État, qui trouverait là un moyen de restaurer une régulation par en haut de l’Internet.

Plus fondamentalement, c’est méconnaître les mécanismes mêmes de l’information que de prétendre automatiser et uniformiser son évaluation. Les indicateurs sont utiles à condition qu’ils puissent être contextualisés, discutés… et contournés. L’information doit toujours être rapportée à un régime d’autorité particulier, à des connaissances, des croyances ou des consensus localement ou socialement situés, et c’est cet environnement que l’intelligence collective peut mettre en évidence, contre l’illusion d’une fiabilité immanente. Le fait d’établir un critère global de fiabilité au niveau des sites est par ailleurs discutable, car cela peut dépendre des articles et de la qualité de chaque contribution."

 

lien https://www.savoirscom1.info/2017/02/controverse-decodex-information-comme-un-commun/

Ressources en ligne

Qu’est-ce qu’une source ?

Au total 100 fiches consultables et téléchargeables gratuitement. Celle consacrées aux sources présente une définition et explique le nécessaire rapport de force à maitriser.

http://www.24hdansuneredaction.com/presse/9-les-sources/

 

Petit film d’animation (2:17) de la collection La clés des Médias permettant de comprendre ce qu’est une source à travers l’histoire d’un projet immobilier.

http://education.francetv.fr/matiere/education-aux-medias/cinquieme/video/qu-est-ce-qu-une-source

 

D'où viennent les informations des journalistes ?

Des élèves de sixième posent leurs questions au directeur de France Info.

http://www.francetvinfo.fr/replay-radio/france-info-junior/d-ou-viennent-les-informations-des-journalistes_1791271.html

 

Comment les journalistes s'informent-ils ?

Fiche pédagogique du Clemi

http://www.clemi.org/fr/ressources_pour_la_classe/fiches-pedagogiques/bdd/fiche_id/32

Comment vérifier les images des réseaux sociaux ?

De plus en plus d’intox circulent sur les réseaux sociaux, que ce soit sur les migrants, la guerre en Syrie. En fait sur à peu près tous les sujets d’actualité. Un type de manipulation y fleurit particulièrement : les détournements de photos et de vidéos.

La mauvaise nouvelle, c’est que les médias n’ont pas les moyens de vérifier toutes ces images sur le terrain. La bonne, c’est qu’il existe aujourd’hui tout un panel d’outils et de techniques qui permettent d’enquêter sur ces hoax.

Cette page fait le tour des techniques pour vérifier les sources : http://observers.france24.com/