GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon)

Les quatres plus grandes firmes américaines auxquelles l'on pourrait adjoindre Microsoft ou le géant chinois Alibaba.


lettre-G

 

lettre-A

 

lettre-F

 

lettre-A

Les plateformes comme les GAFA dévorent le monde, la société et l’économie : tout est plus rapide, plus simple et intuitif... Mais chacun a-t-il voix au chapitre ? Cette question fait débat. Sommes-nous tous égaux face aux algorithmes, à leur usage par les plateformes et aux multiples procédés numériques qui font notre vie au quotidien ? Et en cas de problème sommes-nous suffisamment outillés pour défendre nos intérêts ?

Chiffre d'affaires

Dans une étude récente le cabinet FaberNovel estime que 55 % de la vie numérique (e-mail, e-commerce, musique, vidéo, réseau social…) d’un utilisateur moyen est passée sur ces quatre plates-formes.

A elles quatre, elles valent déjà plus, en février 2015, que les 40 valeurs vedettes de la Bourse de Paris.

Apple, Google, Facebook et Amazon pèsent aujourd'hui 1.525 milliards de dollars (1.340 milliards d'euros) !

Même si les chiffres varient selon les sources, les GAFA seraient ainsi entre le onzième et le douxième rang mondial.

D'autres sources les placent un peu plus bas dans le classement.
Toujours est-il que les GAFA, auxquels on ajoutera Microsoft actent la très nette hégémonie américaine en matière de numérique.

gafa

Fiscalité

Optimisation ou évasion fiscale ?

Puissants, mais aussi mauvais joueurs ! Greenwich estime que grâce à des techniques d’optimisation fiscale, ces 5 acteurs payent en moyenne 22 fois moins d’impôts que ce qu’ils devraient normalement débourser.

« Le montant annuel [des impôts] qui nous échappe est aujourd’hui supérieur à 800 millions d’euros, proche d’un milliard d’euros uniquement pour la France » affirme Philippe Marini, président de la Commission des finances.

Même la La Russie s’intéresse à son tour à la fiscalité des GAFA ( en savoir plus).

GAFA-taxes

Source : La Tribune 17/04/2013

Impact social / économique

On a ici deux modèles économiques très différents. Facebook et Google qui sont gratuits pour l'essentiel et se financent en monneyant leurs données, Apple et Amazon qui vendent des produits et services.

« Quand un produit est gratuit c'est que c'est vous le produit ! »
Cette phrase invite à toujours se poser des questions : Qui finance, comment, pourquoi, qui produit et dans quelles conditions de travail  ?

Un Iphone revient à 188 €... Et vous ? Combien êtes-vous prêts à le payer ?

Alibaba

alibaba Alibaba revendique environ 279 millions de clients par an et 188 millions d’utilisateurs mensuels sur support mobile.

Sur les 9 premiers mois de l’année Alibaba a généré 6,5 milliards de dollars en hausse de 56,6%.

http://www.viuz.com/2014/05/07/introduction-en-bouse-dalibaba-les-10-chiffres-a-retenir/

Economie du partage ?

Le modèle économique de référence est depuis une quinzaine d'année l'encylcopédie Wikipédia.
S'il s'agit là d'une incontestable réussite de coopération (même s'il faut toujours se souvenir qu'une très petite minorité de contributeurs la produisent efffectivement), de gratuité et, malgré des couacs à la marge qu'un esprit critique sait détecter, de qualité il n'en reste pas moins vrai qu'elle est en train de tuer toute concurrence.

Mais, ne plus disposer que d'une seule encyclopédie mondiale n'est-il pas risqué ?

Pour aller plus loin !

Les Etats reprennent-ils le pouvoir sur les GAFAM ?

Les grands médias français se lancent dans la bataille de la data, vous devriez aussi !

image lien https://fredcavazza.net/